Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 décembre 2009 4 17 /12 /décembre /2009 00:20
Q : La femme peut-elle lire pendant la période des règles, des recueils d'invocations le jour de 'Arafat, en sachant qu'ils peuvent contenir des Versets du Coran ?
 
 
R : Il n'y a aucun inconvénient pour la femme pendant les menstrues ou après l'accouchement de réciter les invocations au cours des rites du Pèlerinage.
 
Il n'y a pas de mal aussi à ce qu'elle lise le Coran, selon l'opinion la plus pertinente étant donné que rien n’apprête à dire le contraire au regard des textes. Les seules indications que nous ayons sur la question concernent la personne en état d'impureté. En effet, celle-ci ne doit pas lire le Coran comme le stipule le hadith rapporté par 'Ali (Qu’Allah soit satisfait de lui).
 
Quant au premier cas, il lui correspond le hadith d'Ibn 'Omar :
 
« La femme pendant ses menstrues ou la personne en état d'impureté ne doivent pas lire le Coran. »
 
cependant celui-ci est faible. En effet, cette version remonte à Ismâ'ïl ibn 'Iyache, qu'il rapporte d'après les gens du Hidjaz. Il faut savoir que les propos qu'il fait remonter aux gens du Hidjaz sont considérés faibles et donc non acceptable. Cependant, elle doit lire le Coran sans le toucher, en le récitant par cœur.
 
Quant à la personne impure (à qui il requiert la grande ablution), elle ne peut ni le lire directement, ni en réciter des Versets par cœur avant de refaire la grande ablution. A la différence de l’autre, son état est éphémère et elle peut se doucher sur-le-champ (tout de suite après avoir eut des rapports sexuels). La période d’impureté qui s’avère très courte, est entre les mains de la personne car elle peut se doucher quant elle le désire. Dans le cas où il n'y aurait pas d'eau, ou à défaut de ne pouvoir en utiliser, il lui est toujours possible d'avoir recours au Tayammoum. Après quoi, elle peut prier aisément et réciter le Coran en toute liberté.
 
À l'inverse, les menstrues peuvent durer plusieurs jours, et ne dépendent pas de la femme, cet état est entre les mains d'Allah Tout Puissant. Dans ce cas, il lui est autorisé de lire le Coran pendant cette période d'indisposition afin de ne pas l'oublier, mais aussi afin qu'elle ne soit pas privée des faveurs de la récitation du Coran et de s'enquérir des lois divines à partir du livre d'Allah. Il lui est d'autant plus concevable de lire des recueils où se trouve des formules d'invocation bien qu'ils contiennent des versets du Coran, ou des propos prophétiques, etc.
 
Cette opinion est la plus pertinente, et la plus probable parmi celles des savants –qu'Allah leur fasse Miséricorde –…
 
 
Fatwa du cheikh Ben Baz
Volume 10, page 209 -210
 
 

Partager cet article

Published by Muslim-Makkah - dans Fawta (Questions-Reponses)
commenter cet article

commentaires